Joko.sn

Le Devoir d'Informer

COVID : Dr Badara Cissé insiste sur la prévention malgré la tendance baissière

Le docteur Badara Cissé, médecin-épidémiologiste à l’Institut de recherche en santé, de surveillance épidémiologique et de formation (IRESSEF), a exhorté mardi, à Thiès, les différents acteurs à s’investir plus dans la prévention, pour mieux contenir le coronavirus malgré la tendance en baisse des nouvelles infections notée ces derniers temps.
« Il y a une notion de fatigue épidémiologique mais, l’idéal, étant donné que nous sommes un pays en développement, est qu’on continue à s’investir dans la prévention parce que gérer un malade grave, nous n’avons pas les moyens », a-t-il indiqué.
Dr Cissé intervenait en marge de l’ouverture de l’atelier-cadre de formation pour les équipes cadres de régions et districts de Louga, Diourbel et Kaolack. Cette rencontre de renforcement de capacité sur la régulation des essais cliniques au niveau du Sénégal s’inscrit dans le cadre d’un programme de trois ans appuyé par l’Union européenne.
« Tout le monde en a assez de cette maladie, mais, je pense qu’il y a encore un effort à faire dans la prévention. Mieux vaut faire cet effort et il faut que le monde soit dans cet effort, qu’on s’investisse au maximum dans la prévention », a-t-il poursuivi.
Reconnaissant qu’il y a une tendance baissière, Dr Cissé observe que « ce que cette maladie nous apprend le mieux c’est de ne jamais être péremptoire, même s’il y a une baisse réelle ».
En outre, dit-il, il est à ce stade difficile de quantifier l’importance des transmissions communautaires de la pandémie à coronavirus.

Ainsi, Dr Badara Cissé qui est également professeur en épidémiologie n’écarte pas une possible deuxième vague dans notre pays comme c’est le cas en France et d’autres pays d’Europe. C’est pourquoi il invite à la prudence et au triomphe modeste face à ce qui apparaît comme une maitrise des choses. L’éminent scientifique se veut d’autant plus prudent qu’un nombre important de cas « sont passés entre les mailles des filets » et que la contamination par voie communautaire reste toujours une équation non résolue. 

Le Dr Badara Cissé dit cependant « comprendre que tout le monde soit fatigué après ce long combat ». Mais l’épidémiologiste de l’Iressef demande un ultime effort dans le « last mile » comme disent les anglais, en insistant sur la prévention afin de vaincre la pandémie.

JOKO/ Web