Joko.sn

Le Devoir d'Informer

REVUE DE PRESSE

LA LOI SUR LE PARRAINAGE À LA UNE

Dakar, jeudi 29 avril 2021– La loi sur le parrainage est au menu des quotidiens reçus jeudi à l’APS à la faveur de la décision de la Cour de justice de la Cedeao ordonnant à l’Etat du Sénégal de supprimer cette disposition dans un délai de six mois.

L’Assemblée nationale du Sénégal avait adopté en avril 2018 une loi instaurant le parrainage des candidatures à toutes les élections.

Celle-ci oblige tout candidat ou liste de candidature à une élection de recueillir au minimum 0, 8 % et 1 % au maximum de signatures des électeurs inscrits sur le fichier électoral au moins dans sept régions. Elle a débouché sur l’invalidation par le Conseil constitutionnel de 19 candidatures à la présidentielle du 24 février 2019.

Dans une décision rendue publique mercredi, la Cour de Justice de la Cedeao a ordonné à l’Etat du Sénégal de supprimer la loi sur le parrainage dans un délai de six mois à la suite d’un recours introduit en 2020 par l’Union sociale libérale (USL) de l’avocat Abdoulaye Tine. La juridiction communautaire estime que cette loi porte atteinte au principe de la libre participation aux élections.

’’Loi sur le parrainage, la Cedeao fait sauter le verrou politique’’, selon le quotidien Kritik qui écrit : ‘’Sortie du chapeau du chef de l’Etat, la loi sur le parrainage a été la grande surprise lors de la dernière élection présidentielle (…) Des candidats sérieux ont été recalés (…) la classe politique ne s’est jamais remise de cette gifle infligée à elle par le tenant du pouvoir qui pour rien au monde ne voulait rater le train du second mandat’’.

Selon Le Quotidien, ’’la juridiction pense que cette loi porte atteinte au principe de la libre participation aux élections’’. Le journal rappelle que plusieurs membres de l’oppsoition ont été victimes de cette disposition en 2019. Sur 27 dossiers de candidature, 19 avaient été rejetées par le Conseil constitutionnel.

Avec l’exclusion de Karim Wade et de Khalifa Sall pour des raisons judicaires, seuls 5 candidats avaient été autorisés à participer à la présidentielle de 2019.

Selon Lii quotidien, ‘’la Cour de justice de la Cedeao refuse de parrainer l’illégalité’’. ‘’Rebelote ! l’Etat du Sénégal figure encore sur la liste des +condamnés+ de la Cour de justice de la Cedeao. Elle a ordonné, hier, à l’Etat du Sénégal de supprimer la loi sur le parrainage dans un délai de six mois’’.

Pour La Tribune, ‘’l’opposition prend sa revanche sur Macky Sall’’. Selon le journal, ’’la Cour a, en effet, pris le soin de constater dans sa décision que la loi sur le parrainage est une loi d’éviction qui viole les droits civils et politiques de l’électeur sénégalais et des formations politiques sénégalaises’’.

’’Encore un camouflet sous-régional’’ pour le Sénégal, estime Sud Quotidien qui ajoute : ‘’Reste maintenant à savoir si l’Etat va accepter de se plier à cette décision de l’instance sous-régionale. Il avait déjà déchiré des décisions des instances supranationales notamment dans les affaires Karim Wade et Khalifa Sall’’.

Selon L’As, ‘’la Cedeao demande au Sénégal d’abroger’’ la loi sur le parrainage. Mais dans le journal, le Pr de Droit, Iba Barry Camara soutient que ‘’cette question relative au parrainage ne peut être réglée par aucune autre juridiction ou instance ; c’est une question éminemment politique (…)’’.

Vox Populi souligne que la loi sur le parrainage ’’a été recalée’’ par la Cour de justice de la Cedeao. Dans le journal, Me Abdoulaye Tine déclare : ’’Cela veut dire que Macky Sall n’a pas dûment été élu’’. Mais pour Me Ousmane Seye, membre de la mouvance présidentielle, ’’la Cour ne rend pas des décisions qui mettent en cause la souveraineté des Etat. Je ne peux croire que la Cour a demandé au Sénégal de supprimer le parrainage prévu par sa Constitution’’.

Selon Walfadjri, ’’la décision de la Cour communautaire risque de bouleverser le champ politique avec les interprétations des uns et des autres quant à ses conséquences’’.

Au sujet de la dernière présidentielle, Source A fait état des ‘’découvertes troublantes’’ des experts de l’audit du fichier électoral. Selon le journal, ’’le moins que l’on puisse dire est qu’il y a beaucoup d’interrogations autour de l’augmentation de la population électorale à l’orée de la présidentielle de 2019 (…) De même, les nouveaux inscrits sont deux fois plus élevés dans des régions réputées moins peuplées (…)’’.

En matière de santé, Le Soleil signale que le Sénégal a été ‘’encore cité en exemple’’ dans la lutte contre la Covid-19. Selon le journal, ‘’après le magazine américain foreign policy, c’est au tour de l’organisme indépendant international Resolve to solve lives de saluer les performances de notre pays dans ce domaine’’.

Enquête met en exergue le trafic de médicaments au Sénégal et affiche : ’’’crime sans fin’’. ’’L’industrie pharmaceutique de contrefaçon est florissante en Afrique de l’ouest. Au Sénégal, les forces de l’ordre se battent pour mettre fin aux activités illicites des syndicats du crime qui opèrent avec des connections internationales (….)’’, écrit le journal.

JOKO/ APS