Joko.sn

Le Devoir d'Informer

Affaire « Sonko-Adji Sarr » : Marie Angélique Savané tire sur le député et ses soutiens dont les jeunes…

Affaire Sweet Beauty : Marie Angélique Savané tacle Ousmane Sonko et la jeunesse qui lui sert de rempart

Porte-étendard de l’émancipation de la femme au Sénégal et en Afrique, grande militante du droit des femmes, Marie Angélique Savané décrie vigoureusement le traitement de l’affaire « Sonko-Adji Sarr ». Ousmane Sonko, les étudiants, les médias, tous en ont pris pour leur grade. C’est dans une tribune publiée ce jour, qu’elle accuse le leader de Pastef et ses soutiens de « machisme structurel, de désinformation et de la promotion de l’impunité ». Marie Angelique est l’épouse de Landing Savané. Nous vous livrons son texte in extenso.

« Au sortir d’une semaine qui a vu le Sénégal montrer au monde entier que le machisme structurel a fini par gangréner sa jeunesse, ses journalistes et ses autoproclamés progressistes, il est légitime de se poser la question de savoir si ce pays n’a pas besoin de l’apparition d’un prophète pour veiller sur les femmes et les enfants talibés. La régression de nos mœurs et institutions est tellement avancée que les comportements les plus absurdes sont naturalisés.

Quelqu’un accusé de viol sur une jeune fille n’ à trouvé autre moyen de se défendre que de mobiliser des étudiants pour lui servir de rampart. Il y a un côté lyrique qu’il convient de ne pas perdre de vue. Des étudiants qui, pour apparaître dans les clics jettent une orpheline à la poubelle de l’histoire. Ils deviennent dès lors, complices actifs du viol de Adji. Pour tant de jeunes, apparaître dans les réseaux sociaux avec des mots d’ordre creux, est plus important que défendre une orpheline victime de viol. Décidément les repères ont bien changé à l’université de Dakar. S’ils détruisent quotidiennement de leur propres mains un passé glorieux de luttes pour, s’engouffrer dans le messianisme satanique des salons de massage, leur vie et leur bonheur sont comparables à l’univers kafkaïen de la métamorphose ambulante, comme des Gregor Samsa, avec ses 4 pattes en l’air, lui servant de cerveau.

Cependant ce comportement ignoble ne m’aurait inquiété outre mesure, si la marche des étudiants, tels les porcs de Pink Floyd allant impassiblement vers l’abattoir, ne révélait pas un trouble plus profond de l’enseignement supérieur sénégalais. Il est clair que l’université ne saurait être épargnée de la misère morale qui sévit dans la société. Cette crise laisse difficilement saisir son véritable point, sa véritable phase. Mais on peut inférer, avec précision, ce que deviendront d’ici quelques ans la plupart de ses déchaînés. Dans le meilleur des cas ils réciteront les versets sataniques de leur messie en décomposition, dans les salons de massage et, bien sûr, multiplieront les Adji Sarr. Le Sénégal aurait, alors, atteint sa vitesse de croisière de pays de l’enfer pour la gente féminine. Mobiliser du monde, peut garantir l’ impunité mais ne peut servir comme une attestation d’innocence. Au nom de Adji Sarr j’accuse Sonko et le pasteef de machisme structurel, de désinformation et de la promotion de l’impunité avec la lâcheté agissante de se cacher derrière les ténèbres qui font contre poids à la devise sacrée de « lux mea lex » du parrain Cheikh Anta Diop.

Par Marie Angélique Savané »