Joko.sn

Le Devoir d'Informer

Affaire Terme Sud : La grande muette livre sa part de vérité

Dans ce qu’il est convenu d’appeler l’affaire Terme Sud, l’armée a décidé de rompre d’avec l’un de ses principes sacro-saints pour livrer sa part de vérité.

Depuis quelques jours, 79 familles qui étaient logées à la cité Terme Sud à Ouakam ruent dans les brancards pour avoir été délogées par l’armée. Ce, après une décision définitive de justice favorable à la Comico (Coopérative militaire de construction) qui a acheté le site depuis 2008.  Ce que le Colonel Matar Diop, chef de la Division de l’information et des relations publiques de l’armée (DIRPA) a rappelé d’emblée lors de son face à face avec les journalistes, au camp Dial Diop.

Dans son explication, il précise que l’opération de déguerpissement n’a pas concerné les militaires en activité. « Il y a 10 militaires en activité qui résident encore sur ce site. C’est leur droit le plus absolu parce que le militaire doit être logé », clarifie le Directeur de la DIRPA.

À l’en croire, sur les 79 familles, 69 ont été sommés de quitter les maisons qu’ils occupaient depuis des années. Le Colonel Diop d’ajouter que parmi les 79 familles, 26 disposent de logement dans les programmes de la Comico. Même à Terme Sud, ajoute-t-il, il y a trois familles parmi les 79 qui disposent de logements de la Comico, mais qui « s’agrippent au domaine militaire ».  « D’autres sont titulaires de domiciles au niveau du lotissement de Yeumbeul et enfin quatre parmi eux ont des maisons au niveau de Bambilor », déballe le militaire selon lequel « ces personnes ont pu bénéficier des programmes de la Comico et sont entrés dans un combat judiciaire pour dénier à la Comico le soin de continuer ses programmes au profit d’autres militaires. »

Le colonel Diop s’est aussi employé à déconstruire les rumeurs selon lesquelles les militaires du rang seraient exclus des attributions de logements ou de parcelles dans les programmes de la Comico.

Pour ce faire, le directeur de la Dirpa convoque les statistiques globales des attributaires de tous les projets par catégorie. Selon ce document, sur 4.825 logements mis à la disposition de la communauté militaire par la Comico, 751 sont occupés par des militaires du rang, c’est-à-dire un taux de 15%.

C’est au cours d’une rencontre avec la presse le lundi 5 octobre que la grande muette a décidé de mettre un terme à son long silence sur ce dossier communément appelé « l’affaire de Terme-Sud ». Elle a fait couler beaucoup d’encre et de salive ces derniers temps et a même fait l’objet d’une émission sur la TFM aux débats parfois tendus mais très instructifs (Jakaarlo de vendredi dernier).

Abdoulaye Der, présentateur de l’émission avait réussi à réunir sur le plateau deux militaires démissionnaires de l’armée mais occupant toujours le site objet du contentieux, et le colonel Kissma Sow de l’armée de l’air, qui plus est leur ancien chef de corps. C’est ce colonel en premier qui, en 2008 avait essayé (sans succès pour diverses raisons) de déguerpir les occupants de Terme Sud. Le colonel Sow a révélé au cours de l’émission qu’il y’avait moins de 30 familles sur le site à cette époque.

JOKO/ Web