Joko.sn

Le Devoir d'Informer

Cancer de l’hypopharynx: 1 cas dépisté tous les 3 jours au CHU Fann

Le cancer de l’hypopharynx ou tumeur maligne de l’hypopharynx prend naissance dans les cellules de l’hypopharynx, qui est la partie inférieure de la gorge.
Il peut envahir et détruire les organes voisins. Il peut aussi se propager (métastases) à d’autres parties du corps.
Le cancer de l’hypopharynx est le cancer ORL le plus fréquent au Sénégal. Au CHU de Fann, on recense un cancer de l’hypopharynx tous les 3 jours.
Il peut survenir à tout âge, mais il est plus fréquent entre 20 et 40 ans et atteint de préférence la femme jeune.

SYMPTÔMES

Le cancer de l’hypopharynx peut être silencieux au début de la maladie et évoluer pendant longtemps c’est pourquoi il est souvent diagnostiqué à un stade avancé.
Les symptômes de la maladie étant nombreux et sournois, consultez votre médecin ORL si vous sentez ces symptômes et qui persistent malgré un traitement médical
-Difficulté à avaler (dysphagie)
-Mal de gorge persistante (odynophagie)
-Impression que quelque chose est coincé dans la gorge
-Douleur à l’oreille (otalgie)
-Toux incessante
-Crachats tachés de sang
-Ganglions douloureux (adénopathie)
-Voix enrouée ou cassée
-Perte de poids
-Mauvaise haleine
-Difficulté à respirer.

FACTEURS DE RISQUE

Ils sont nombreux
-Anémie chronique
-Infection à Human Papilloma Virus
-Reflux gastro œsophagien
-Alcool
-Tabac
-Facteurs génétiques
Etc.

DIAGNOSTIC

Le médecin ORL après un examen complet procédera à des examens complémentaires tels qu’un scanner, une Fibroscopie oeso-gastro-duodénale, une endoscopie sous anesthésie générale et une biopsie. Tout ceci permettra de confirmer le diagnostic et de démarrer le traitement adéquat.

TRAITEMENT
Le traitement dépend du stade de la maladie et de l’état du patient. Les moyens les plus utilisés au Sénégal sont la chimiothérapie la radiothérapie et la chirurgie.

PRONOSTIC
Le pronostic est en général grave car la survie à 3 ans est presque nulle d’où la nécessité de consulter tôt.

TOUS CONTRE LE CANCER!

JOKO/ Web