Joko.sn

Le Devoir d'Informer

DU PARQUET À L’INTÉRIEUR : L’ASCENSION FULGURANTE D’ANTOINE FELIX DIOME

ANTOINE FELIX DIOME

Antoine Félix Diome est le nouveau ministre de l’intérieur du Sénégal. Il succède à ce poste, Aly Ngouille Ndiaye et pourrait être celui qui organisera les prochaines élections. L’actuel premier policier du Sénégal n’est pas méconnu des Sénégalais. Il a été révélé au grand public lors du procès de la traque des biens mal acquis. Il était le substitut du procureur de la Cour de répression de l’enrichissement illicite.

Brillant procédurier doublé d’une pertinence séduisante, il était très redouté des avocats de la défense. Amoureux du droit, il ne cessait pas de lancer des piques aux avocats de la défense. Il disait ceci sur Me Ciré Clédor Ly : « Me Cire Cledor Ly est un avocat que j’apprécie beaucoup du fait que nous partageons une chose : l’amour du droit. Mais, heureusement qu’il est parti parce qu’il m’a remis la cravache avec laquelle j’allais lui caresser ».

Substitut du procureur Antoine Félix Diome a été promu Agent judiciaire de l’Etat. Et lors du procès de la caisse d’avance de la mairie de Dakar, il a remporté le procès face aux avocats de Khalifa Sall. Antoine Félix Diome a fait ses études primaires et secondaires entre Dakar et Thiès. Le bac en poche, le natif de Khombole est orienté à la Faculté des sciences juridiques et politiques à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. Quatre ans plus tard, il décroche sa maitrise en droit et tente le concours de l’ENA qu’il réussit en 2000. Son ascension est fulgurante. Affecté au parquet de Diourbel à ses débuts dans la magistrature, il gravit vite les échelons. Il est devenu, quelques années plus tard, le substitut général près le parquet général de la Cour d’appel de Dakar.

De substitut général, il passe délégué du procureur du tribunal départemental de Guédiawaye à la Cour de répression de l’enrichissement illicite. Aujourd’hui, il tient les rênes du ministère de l’Intérieur. Pour le moment, il est technocrate et n’a aucune coloration politique. Sera-t-il ainsi pour l’éternité ? En politique, il ne faut jamais dire jamais !

JOKO/ Web