Joko.sn

Le Devoir d'Informer

REVUE DE PRESSE

LES QUESTIONS DE GOUVERNANCE PRÉOCCUPENT LES QUOTIDIENS

Pour leur édition du week-end, les quotidiens se sont intéressés aux affaires publiques, dont la gouvernance menée par Macky Sall et la contribution de l’Union européenne (UE) au financement de la politique migratoire du Sénégal. Sud Quotidien fait état d’une ‘’gouvernance à l’envers’’ pour évoquer ‘’le classement sans suite’’ des affaires judiciaires concernant des proches du président de la République et la ‘’traque’’ des activistes et lanceurs d’alerte par les tribunaux. ‘’Le régime en place semble (…) privilégier la traque des activistes et lanceurs d’alerte’’, écrit-il, ajoutant que la majorité présidentielle couvre ‘’du manteau de Noé ses partisans épinglés par les rapports des corps de contrôle’’. La preuve, selon le journal : Mamour Diallo, l’un des alliés politiques de Macky Sall, accusé d’avoir détourné 94 milliards de francs CFA appartenant à l’Etat par l’opposant Ousmane Sonko a été lavé de tout soupçon par un juge, au moment où Boubacar Sèye, leader de l’organisation Horizons sans frontières (HSF), est arrêté pour des ‘’propos’’ tenus sur l’usage fait par les autorités sénégalaises des fonds octroyés à elles par l’UE, pour arrêter les vagues de migrants clandestins sénégalais à destination de l’Europe.
‘’De 2012 à nos jours, le constat est toujours le même : à chaque rapport (il s’agit des rapports des corps de contrôle de l’Etat), son lot de scandales qui ne sont pas souvent suivis d’effets sur le plan des poursuites judiciaires’’, lit-on dans Sud Quotidien. ‘’Par où passent les milliards investis dans les politiques migratoires ?’’ se demande Vox Populi.

Un rapport intitulé ‘’Une avalanche de financements pour des résultats mitigés’’ a été publié, concernant le financement de la politique migratoire du Sénégal, selon le même journal. ‘’Rien que le titre [du rapport] renseigne de la tonalité critique [de cette] étude-bilan sur les projets et programmes migratoires au Sénégal, de 2005 à 2019’’, commente Vox Populi. Le Quotidien, sur la base de données fournies par l’Union européenne, affirme que 130 milliards de francs CFA ont été octroyés par l’Europe au Sénégal, pour l’aider à éradiquer les ‘’migrations irrégulières’’. Selon le même journal, l’UE a rappelé avoir remis autant d’argent au Sénégal à la suite de l’arrestation de Boubacar Sèye, le patron de HSF. Il est arrêté depuis mardi pour ‘’diffusion de fausses nouvelles’’.  ‘’Il lui est reproché (…) d’avoir accusé l’Etat de détournement des fonds alloués par l’Union européenne à la lutte contre l’émigration clandestine’’, rappelle Le Quotidien. L’émigration clandestine fait polémique depuis que diverses sources, dont l’Organisation internationale pour les migrations, ont fait état de la mort par noyade de près de 500 jeunes Sénégalais qui tentaient d’atteindre des pays européens, en 2020. 
WalfQuotidien est préoccupé par la ‘’cherté’’ du package proposé par les voyagistes aux musulmans désirant se rendre en Arabie Saoudite pour le pèlerinage aux lieux saints de l’islam. ‘’Pour l’édition 2021 du pèlerinage à La Mecque, les voyagistes privés veulent se débarrasser de certains coûts qui les désavantagent’’, écrit le même journal.

Selon Le Soleil, le nombre d’agences de voyage existant au Sénégal est jugé trop élevé par la ministre des Affaires étrangères, Aïssata Tall Sall. ‘’Le Sénégal va bientôt rationnaliser [l’effectif des] voyagistes privés’’, rapporte-t-il, affirmant qu’il en existe 300.
Le Soleil annonce la mise en service, cette année, du parc des technologies numériques, duquel sont attendus 100.000 emplois. Ce parc implanté à Diamniado (ouest) va ‘’faire du Sénégal un acteur incontournable de l’innovation et de l’économie de la connaissance en Afrique’’, souligne-t-il. L’Observateur consacre un dossier à la vie des ‘’anciennes vedettes’’ de la chaîne de télévision publique. ‘’Journalistes, présentateurs du journal télévisé à la RTS, ces figures ont donné au métier ses (…) lettres de noblesse avant de disparaître des radars’’, constate le journal, qui a cherché à savoir ce que sont devenus Minielle Barro, Djadji Touré, Oumar Seck, Yves Jacques Sow et Mamadou Malaye Diop, pour ne citer que ceux-là.

EnQuête, lui, constate le ‘’retour en force des enfants de la rue’’, le phénomène des enfants mendiant dans les villes sénégalaises, qu’il considère comme ‘’le business de la honte’’. ‘’Les enfants talibés sont de retour et plus nombreux dans la rue’’, affirme-t-il.

Les quotidiens évoquent également le rappel à Dieu de Serigne Atou Diagne, une importante figure de la confrérie des mourides.

‘’Touba perd un infatigable serviteur’’, commente L’As, rappelant que Serigne Atou Diagne est l’un des membres fondateurs des premières associations mourides au sein des universités sénégalaises.

‘’Il s’est donné corps et âme pour servir sa communauté de foi, la confrérie mouride, et l’islam’’, écrit Le Soleil. WalfQuotidien estime que ‘’l’homme (…) a joué un grand rôle dans le rayonnement du mouridisme à travers le monde’’.

JOKO/ Aps