Joko.sn

Le Devoir d'Informer

RICHARD-TOLL : GRANDE MARCHE DES TRAVAILLEURS DE LA CSS CONTRE LES DIPA ET L’IMPORTATION DU SUCRE

Les travailleurs de la compagnie sucrière sénégalaise (CSS) affiliés à la CNTS, (Centrale la plus représentative), avec le renforts d’autres organisations syndicales, ont organisé ce samedi une grande manifestation à Richard-Toll. Ils exigent l’arrêt des DIPA et des autorisations d’importation du sucre accordées de manière opaque par le ministère du commerce.

Selon les organisateurs, avec à leur tête le secrétaire général de la section CNTS de la CSS, Amary Diouf, « aujourd’hui plus de 150.000 tonnes de sucre importées inondent le marché, ce qui fait perdre à la CSS son chiffre d’affaires et menace les emplois pour les 8500 travailleurs et les 150.000 familles du Walo ». Le responsable syndical a magnifié la forte mobilisation des populations du Walo, avec tout le département de Dagana, et Richard-Toll en particulier, pour soutenir le combat des travailleurs de la Compagnie sucrière, la CSS, installée dans la localité depuis 50 ans et qui selon ses dires est « devenue un patrimoine du Sénégal », donc à protèger.

Le directeur des ressources humaines de la CSS, Louis Lamotte, s’est réjoui des directives données en Conseil des ministres par le président Macky Sall pour que l’importation et le secteur du sucre soient régulés de manière « rigoureuse ». L’objectif étant de préserver les milliers d’emplois de la compagnie sucrière. « L’usine dispose aujourd’hui d’un stock invendu de 30.000 tonnes à cause de l’inondation du marché sénégalais par le sucre importé de manière illégale », tonne-t-il.

Les travailleurs et populations fortement mobilisés ont scandé des slogans hostiles au ministre du commerce pour dénoncer ce qu’ils considèrent comme « la mort programmée de la CSS ». Sur les pancartes, on pouvait lire : « Assome veut nous assommer », « Stop à l’importation du sucre », « nos emplois menacés, mon emploi ma vie », « CSS, la marmite de Richard-Toll »… La liste est loin d’être exhaustive.

La marche a pris fin devant le commissariat de Richard Toll. Et avant de dire au revoir aux manifestants, les organisateurs ont tenu à préciser que la lutte allait continuer sous d’autres formes, pour barrer la route à ceux qu’ils appellent « les pilleurs de l’économie ».

D’ailleurs aux dernières nouvelles, des têtes commencent à tomber au ministère du commerce. C’est ainsi que le Secrétaire général du ministère, le directeur du commerce intérieur et le chef du service en charge de la délivrance des DIPA ont été tous limogés. Et cela ne devrait pas s’arrêter à eux seuls. Une affaire loin d’être terminée.

La rédaction de JOKO