Joko.sn

Le Devoir d'Informer

Serigne Bassirou Abdou Khadr, Un travailleur infatigable au service de Serigne Touba

Le vénéré Serigne Saliou Mbacké lui a confié la réalisation de champs à Pout qu’il avait financé sur fond-propre en 2007.
Après lui Cheikh Mamadou Lamine Bara en a fait son 1er porte-parole de la confrérie des Mourides et lui a demandé de travailler sur les chantiers de Touba et de la mosquée. Je veux parler de Serigne Bassirou Abdou Khadr Mbacké à qui Sergine Sidy Mactar Khalife s’adressa en ces termes « tu es mes oreilles, mes yeux, ma main, c’est toi qui regarde et fait pour moi »

Fort de cela, il a continué les chantiers de cheikh Ahmadou Bamba, notamment la construction de la majestueuse mosquée de Massalikoul Djinane. Suite à la confiance renouvelée de Serigne Mountakha, il a assuré la coordination des travaux jusqu’à la finalisation de l’édifice.
I l n’a jamais cessé de discuter avec le pouvoir exécutif dans l’intérêt des sénégalais et de la confrérie des Mourides.
Par exemple, pour l’assainissement de Touba et le bitumage il est le conseiller principale du Khalif des Mourides. Et a œuvré pour qu dans toutes les concessions de Cheikh de Serigne touba passe une route bitumée.

La maison du Khalif construit par des Baye Fall à héliport à été réalisé sous sa coordination ; tout comme la salle de conférence moderne de Serigne Touba à Darou Marnan d’une grande capacité dirigé par Serigne Sidy Naar DIÈNE
Serigne Bass, comme on aime l’appeler développe une relation avec tous les petits fils de Serigne touba et des cheikhs qui lui vouent un respect sans commune mesure en raison de la fluidité qu’il met dans leurs relations.
Côté sociale, il est toujours ouvert et mène des œuvres caritatives dans la plus grande discrétion.
Agriculteur à l’image de ses parents, il cultive des champs dans la commune de Colobane associé à des Daaras.
A Touba, il a construit un Daara d’une grande capacité qui est ouvert à tous les enfants pour leur éducation coranique et religieuse.

Diplomate de son état, il travaille nuit et jour à tisser de bonnes relations avec tous les foyers religieux du Sénégal. Lors du Magal de Serigne Abdou Khard, sa demeure est remplie de visteurs venant de toutes les confréries comme par exemple le feu Abdoul AZIZ Al Amine avec qui il entretenait des relations particulières.
Le Magal de touba s’est internationalisé grâce aux multiples réalisations du comité d’organisation qu’il coordonne. Il a organisé des colloques internationaux à travers le monde comme aux États Unis, en Italy, en France, et dans les Pays d’Afrique pour mieux faire connaitre l’ouvre de Cheikh Ahmadou Bamba.

L’actuel Khalif, Cheikh Mountakha lui a renouvelé sa confiance en lui demandant de l’accompagner dans la coordination des travaux de l’Université de Touba et l’inauguration de la mosquée de Massalikal Djinane qui est d’une envergure internationale.
Tous les Khalifs de Serigne Mamadou Lamine Bara, à l’actuel en passant Serigne Sidy Makhtar, les relations entre l’Etat et Touba sont dans la gestion de Serigne Bass Abdou Khadr la réalisation de la mosquée Massalikal Djinan, l’autoroute ila Touba portent son empreinte.

Fils de Serigne Abdou khadr, l’imam des imams, il est le 1er porte-parole des Mourides en raison de son verbe châtié, sa connaissance profonde de la confrérie, son érudition comme en témoigne le discours qu’il tient lors de la cérémonie officielle du Magal de Touba en présence du Khalif et du Ministre de l’intérieur.
Il est d’une dimension incommensurable, sa position de porte-parole et de petits fils lui exige la retenue et la tolérance.
C’est quelqu’un qui sait donner sans compter à l’image de son père pour des œuvres sociales et pour la vivification de coran par la construction de Daara, dans la plus grande discrétion

Il attache un intérêt particulier à l’Homme, il est toujours entouré de ses fidèles compagnons et s’entoure de ses cousins et des petits fils de Cheikh dans les œuvres.
Chaque année, il se rend en Mauritanie en leur compagnie pour vivifier les œuvres de Cheikh Ahmadou Bamba dans cette contrée religieuse et rencontrer les érudits de la Mauritanie. Un disciple