Joko.sn

Le Devoir d'Informer

Iran : L’ultra-conservateur Ebrahim Raïssi élu nouveau président


Archifavori, Ebrahim Raïssi a remporté la présidentielle iranienne, au premier tour, avec 61,95 % des voix. Le taux de participation s’est établi à 48,8 %, le plus bas pour une élection présidentielle depuis 1979.

Les Iraniens votaient, vendredi 18 juin, pour désigner un nouveau président lors d’une élection annoncée gagnée d’avance pour l’ultraconservateur Ebrahim Raïssi, 60 ans, chef de l’autorité judiciaire. Archifavori, faute de concurrence réelle après la disqualification de ses principaux adversaires, M. Raïssi a remporté sans surprise la présidentielle iranienne au premier tour, selon des résultats définitifs publiés samedi, au lendemain du scrutin. Sans attendre la publication de ces résultats, le président sortant, Hassan Rohani, avait félicité “ le peuple pour son choix “ ayant permis de dégager un vainqueur dès le premier tour.

Selon le ministre de l’intérieur, Abdolreza Rahmani Fazli, M. Raïssi a obtenu 61,95 % des voix. Le taux de participation s’est établi à 48,8 %, a précisé le ministre, c’est-à-dire la plus faible mobilisation enregistrée pour un scrutin présidentiel depuis l’instauration de la République islamique, en 1979.

Selon les chiffres officiels partiels, le général de division Mohsen Rezaï, ancien commandant en chef des gardiens de la révolution, l’armée idéologique de la République islamique, terminerait deuxième, avec plus de 11,5 % des voix, devant l’ancien président de la banque centrale, Abdolnasser Hemmati (8,3 %), et le député Amirhossein Ghazizadeh-Hachémi (3,4 %). Les trois hommes ont reconnu chacun à leur manière la victoire de M. Raïssi dans des messages sur Instragram, sur Twitter ou relayés par les médias iraniens.

Le guide suprême, Ali Khamenei, qui avait exhorté ses compatriotes à faire preuve d’une participation “ massive “ et “ révolutionnaire “, a estimé samedi que le “ grand vainqueur “ des élections était “ la nation iranienne, car elle s’est levée une fois de plus contre la propagande des médias mercenaires de l’ennemi “.

JOKO/ Web